DVP T ST2S1

DVP T ST2S1

Que peut-on considérer comme de l’art ?

–      Mélanie : C’est ce qui transmet une émotion, une idée pour qu’il se passe quelque chose, que ça nous touche

–      Maud : Il faut du talent, une maîtrise dans un domaine

–      Angélique : cela permet d’extérioriser des sentiments

–      Marine : Je ne suis pas d’accord, même un enfant fait de l’art : on n’est pas obligé d’être doué : tout le monde peut faire de l’art

–      Paul : C’est subjectif, Je ne suis pas d’accord, celui qui regarde et est ému c’est parce que c’est de l’art. Mais on peut ne pas être touché par une œuvre. On peut dire que quelqu’un est talentueux et d’autres trouvent que non.

–      Françoise : Cela permet de faire passer des messages, c’est le reflet de la culture d’un peuple.

–       Maud :  Il y a de l’art partout, même dans la nature, un bruit est une mélodie, tout dépend de la vision de chacun.

–      Paul : Tu ne ressens pas tout, c’est une technique.

–      Marine : L’art c’est quelque chose que l’on fabrique, cela peut être créé même par un animal, la nature, les fossiles par exemple.

–      Leslie : C’est quelque chose qu’on invente, qui est unique

Un tableau, un poème, quelque chose qu’on crée, qui est beau

–      Laurène : Quelque chose qu’on ne peut pas refaire : c’est spontané.

–      Caroline : Tout ce qui est inventé est basé sur la nature et du coup l’artiste imite celle-ci pour créer.

–      marine: Il y a toujours une référence à ce qui est vrai, même quand s’est imaginé

–      Paul : Non, on ne produit pas uniquement à partir de ce qui existe réellement, cela peut être la représentation de sentiments

–      Mathilde : On ne fait pas une œuvre en fonction de ce qu’on voit, on représente un sentiment, on crée une image unique de ce sentiment.

–      Maud : Mais le rouge par exemple est une norme de l’amour, la tendresse, l’affection

–      Victoria : Non, le rouge c’est le sang

–      Mélanie : Cela dépend du contexte, chez le psy l’interprétation est spontanée, l’artiste a un but : faire une œuvre

–      Françoise : Ce qui est gênant est qu’on nous pousse à avoir notre propre opinion à sortir de la norme

–      Marine : On doit trouver des compromis, des bases qui réunissent la société, qui formeraient un goût commun, culturel, on nous l’a mis dans la tête : on est formatés.

–      Mélanie : On aimerait s’exprimer librement, sans être jugés parce qu’on pense différemment. On risquerait d’être exclus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s