Justice et droit

III-      La justice et le droit

Ces théories du contrat sont fondées sur une certaine idée de la justice. On se démarque de la justice divine pour rejoindre la justice des hommes sous l’influence des auteurs de l’antiquité. On comprend ce qui est juste comme ce qui respecte le droit.

a-      la légalité :

C’est d’abord le respect de la légalité ou des lois. Il y a renoncement à se faire justice soi même. On accepte l’autorité des Lois. La personne juridique est présumée innocente tant que l’accusation n’a pas prouvé sa culpabilité. Ce qui permet de protéger les citoyens de l’arbitraire judiciaire. C’est au 17ème siècle en Angleterre que l’habeas corpus est promulgué. Ce principe de justice exige que l’état prouve la culpabilité de toute personne emprisonnée dans les deux jours qui suivent sa séquestration. Autrement dit toute personne est libre de disposer de son corps tant que l’on n’a pas prouvé qu’elle a fauté. Sinon il faut la relâcher.

On met donc des limites de droit au pouvoir de l’état.

Cependant les Lois peuvent être injustes comme les Lois nazies quel est l’autre garantie qui permet d’assurer plus de justice ?

b-      La légitimité

On appuie les lois sur des principes universels qui dépassent les lois humaines. C’est le droit naturel à être libres et égaux que revendiquent les constitutions Françaises et Américaines. Ces droits ont pour origine la nature de l’homme et non la société. Ils servent de critères pour juger les lois. Ils fondent la déclaration universelle des droits de l’homme. Celle ci légitime les combats de ceux qui sont écrasés dans les dictatures aujourd’hui à travers le monde. Mais ces principes ne suffisent pas il faut encore les adapter à la réalité.

c-      L’équité

Il faut adapter les lois générales aux cas particuliers. Ici on dépend de la décision  du juge. Il doit être équitable c’es à dire avoir du bon sens et de la droiture. La justice dépend donc des hommes elle n’est pas absolue mais relative à des systèmes de droit, des constitutions et e n dernier ressort des décisions des personnes en charge des magistratures. C’est pourquoi Pascal disait dans les pensées : «  plaisante justice qu’une rivière borde … » En effet chaque pays ayant un système juridique différent une action sera jugée condamnable dans l’un et non dans l’autre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s